Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

12 janv. 2018

"Les enfants qui s'en sortiront le mieux dans la vie sont ceux qui ont le moins accès aux écrans"

"Les enfants qui s'en sortiront le mieux dans la vie sont ceux qui ont le moins accès aux écrans"
par P. Gril avec JJ. Bourdin, rmc.bfmtv.com, 10 janvier 2018

Pour le Docteur Anne-Lise Ducanda, membre du "collectif surexposition écrans", et invitée ce mercredi de Bourdin Direct, protéger les jeunes enfants des écrans de smartphones ou de tablettes est un "impératif de santé publique".

C'est une alerte pour le moins inquiétante qu'a lancée ce mercredi dans Bourdin Direct le Docteur Anne-Lise Ducanda, médecin de PMI (Protection maternelle et infantile) dans l’Essonne, et membre du "collectif surexposition écrans". "Il faut protéger vos enfants et les éloigner des écrans!". Un "impératif de santé publique", selon elle.



"J'ai régulièrement des parents qui me disent qu'ils voient leur enfant de 3 ans se lever toutes les nuits, à peu près à la même heure – 3h du matin –, entrer dans leur chambre, prendre le smartphone sur la table de nuit, et aller sous le lit pour se cacher et regarder YouTube", a-t-elle raconté. "L'enfant crée une forme d'attachement à ces écrans et ne s'intéresse plus à autre chose. Or le tout petit a besoin d'être en interaction avec son environnement."

"Des enfants qui se tapent la tête contre les murs"

Anne-Lise Ducanda a expliqué que l'addiction aux écrans pouvait subvenir rapidement, et dès le plus jeune âge. "Ça va très vite. Au début on donne un petit dessin animé, un petit jeu éducatif sur la tablette - une demi-heure par jour -, et l'enfant adore ça, il est fortement capté et ça passe très vite à 1h, 2h, 4h… Et là, on a une vraie drogue. Quand les parents s'en rendent compte et veulent arrêter ça, l'enfant manifeste alors un vrai syndrome de sevrage: il pleure, il crie, se tape la tête contre les murs… Beaucoup de parents ne trouvent alors pas d'autres moyens que de le remettre devant l'écran pour arrêter cet état insupportable".

"Ce n'est pas la faute des parents"

Pour le Dr Ducanda, "ce n'est pas la faute des parents". "Les écrans, notamment interactifs, ont été très valorisés et l'académie des sciences a même donné un avis très positif en 2013 (concernant leur usage). Les écrans font partie de l'environnement de l'enfant. Et ce sont les jouets valorisés dans les catalogues de jouets". "C'est sûr que ça permet d'acheter la tranquillité", a-t-elle concédé.

Avec son "collectif surexposition écrans", Anne-Lise Ducanda demande que le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, interdise l'usage des écrans à la maternelle. "Les enfants qui s'en sortiront le mieux dans la vie ceux qui ont eu le moins accès aux écrans", a-t-elle prévenu.

P. Gril avec JJ. Bourdin

http://rmc.bfmtv.com/emission/les-enfants-qui-s-en-sortiront-le-mieux-dans-la-vie-sont-ceux-qui-ont-le-moins-acces-aux-ecrans-1346189.html#

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire