Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

12 juil. 2017

Les jeunes accros au web sont menteurs et violents

Le risque de dépendance à Internet est d'autant plus grand
lorsque les enfants et les ados sont en difficulté dans
"la vraie vie".  
(Photo:  Keystone)
133 commentaires - très critique de notre société et de la Suisse. Les autorités, les familles, les médecins ignorent l'ampleur de ce problème très grave.  Mais, les génies diaboliques de la Silicon Valley et autres programment les apps pour être addictifs... L'exposition au rayonnement de ces gadgets peut aussi changer le comportement des jeunes personnes.

Les jeunes accros au web sont menteurs et violents
phf/ats, 20min.ch, 11 juillet 2017

Un ado sur dix abuse d’internet. Ces addicts ont aussi tendance à y diffuser de la violence ou à en être victimes.

Si 80% des 12-19 ans entretiennent un rapport sain avec la Toile, 12% d’entre eux ont un comportement risqué et 9% en font une utilisation carrément problématique. C’est ce que révèle la dernière étude James de la Haute Ecole zurichoise des sciences appliquées (ZHAW), publiée mardi.

En l’absence de connexion, ces jeunes mordus montrent des signes d’addiction. Ils perdent tout contrôle en ­surfant et trompent parfois leurs proches pour leur dissimuler leur comportement. Ils consomment davantage la télévision ou des jeux vidéo. Ils ont aussi tendance à propager de la violence sur les médias sociaux ou ont déjà été victimes de cybermobbing. 

Le risque de dépendance à internet est d’autant plus grand lorsque les enfants et les ados sont en difficulté dans «la vraie vie». Recevoir des «like» via les médias sociaux ou obtenir des points dans les jeux vidéo devient alors particulièrement attirant.

Trois profils émergent parmi les personnes à risque: les plus jeunes, les plus aisés financièrement et les enfants de l’immigration. L’étude suppose que les premiers peinent à s’autodiscipliner, les seconds ont accès à plus d’appareils et les troisièmes cherchent le contact avec leur famille à l’étranger. 

L’étude James de la ZHAW est menée tous les deux ans, sur mandat de Swisscom. Elle est basée sur une enquête réalisée auprès de 1000 ados dans toute la Suisse.

Des limites à fixer 

Les chercheurs recommandent aux parents de favoriser des activités valorisantes comme jouer de la musique, peindre, bricoler, s'occuper d'animaux ou lire. Fixer des règles en famille avant même d'acheter un appareil et en réduire le nombre à portée des enfants à la maison permet aussi de limiter les risques d'addiction. Le rôle d'exemple des parents est en outre non négligeable. Les chercheurs les encouragent donc à remettre en question leur propre consommation de médias, voire à demander l'avis à leurs enfants à ce sujet.

(phf/ats)

Discussion
133 Commentaires

"Dans le train, en voiture ou en bus, nos jeunes amis ont quasi tous le nez planté dans leurs écrans. Ils ne connaissent plus les paysages, les lieux divers et ne saluent presque plus. Merveilles de la technique....mais mal utilisées."

http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Les-jeunes-accros-au-web-sont-menteurs-et-violents-20965183#talkback

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire