Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

28 mai 2014

Intolérance électromagnétique : Conférence du Pr Dominique Belpomme, Montréal, 6 juin 2014


L'oncologue parisien Dominique
Belpomme traite plus de mille
patients intolérants aux ondes.
Intolérance électromagnétique : conférence gratuite du Dr Belpomme

par André Fauteux, Editeur et Rédacteur en chef, Maison du 21e siècle, 27 mai 2014

L’oncologue parisien Dominique Belpomme a développé une méthode de diagnostic et de traitement du Syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques (SICEM). Depuis 2009, il traite la plus grande cohorte mondiale (plus de 1 000 patients) de gens atteints de ce syndrome en pleine progression à l’ère du sans fil. Hier, il nous confiait par téléphone que 60 % de ses patients ont développé ce syndrome après avoir abusé du cellulaire ou du téléphone sans fil sur socle.

"Tous Allergiques?" : Documentaire éclairant (ARTE)

Patrizia Marani, journaliste italienne, elle-même allergique, a mené
 l'enquête sur les facteurs expliquant l'accroissement des cas
d'allergies à travers le monde. 

Documentaire éclairant, "Tous Allergiques ?", visible jusqu’au 3 juin 2014 sur le site de l'ARTE.  Parmi d’autres médecins qui expriment leurs vues sur les allergies : Professeur Dominique Belpomme et Dr Thomas Rau, Directeur de la Clinique Paracelsus en Suisse. Lire le sommaire de l'ARTE et l'article publié dans Le Monde qui suivent.

TOUS ALLERGIQUES ?
27 mai à 20h50 (74 min)

Rediffusion vendredi 30.05 à 8h55 sur ARTE.

Comment expliquer la recrudescence des cas d'allergies dans le monde ? La journaliste italienne Patrizia Marani, elle-même allergique, part à la rencontre de chercheurs et de scientifiques. Au fil de son enquête, elle met en lumière la responsabilité de l'industrie chimique dans la propagation de ce nouveau mal moderne. Un documentaire éclairant et sans concession.

26 mai 2014

Le film transformateur de l'année : "Take Back Your Power"

Le film transformateur de l'année
par André Fauteux, Éditeur et rédacteur en chef du magazine La Maison du 21e siècle, Huffington Post Canada, 28 février 2014

« J'ai survécu aux nazis, aux soldats communistes, aux cosaques, mais personne n'a miné ma santé autant que les compteurs intelligents l'ont fait... J'ai quelque chose à vous montrer. Voici le sang de mon nez », dit Rosa Peric en montrant un sac de plastique plein de mouchoirs ensanglantés. Le cri du coeur de cette septuagénaire, livré en octobre 2012 devant les directeurs du service public d'électricité de Sacramento en Californie, est le clou du documentaire indépendant Take Back Your Power.


Après deux minutes d'exposition aux micro-ondes, à un pied d'un compteur intelligent, les globules rouges traumatisés se dégradent et s'agglutinent, ce qui nuit notamment à l'oxygénation des tissus. Ce phénomène se produit peu importe la sensibilité de l'individu, mais se résorbe lorsque cesse l'exposition.


En plus des saignements, Rosa Peric fut prise de violents maux de tête et d'insomnie dès l'installation, dans son immeuble, de 12 compteurs intelligents, lesquels émettent quotidiennement des centaines de milliers de pulsations de micro-ondes. Ces compteurs étaient situés sur le mur extérieur de son appartement, à seulement un pied de sa tête de lit.

20 mai 2014

Comment se protéger des rayonnements haute fréquence

Cet article est en construction.  Merci d'y apporter vos suggestions et témoignage via info@teslabel.be 

Comment se protéger ?
écrit par Eric, teslabel.be, 21 avril 2014

(21-4-2014) Que l'on se considère comme EHS ou pas, les rayonnements haute fréquence (gsm, wi-fi, dect, 3G, 4G, wimax, ka-sat, souris sans fil, alarme sans fil etc.) provoquent des mouvements de charges et des tensions électriques sur la peau, qui à leur tour engendrent des courants à l'intérieur du corps. Ils sont faibles mais permanents, l'exposition aux rayonnements étant elle aussi devenue permanente.

A la longue naissent des inflammations des tissus et organes internes, et donc des maladies très variables d'une personne à l'autre car cela dépend quels endroits sont plus fragiles et vont réagir en premier lieu. Mais tout le monde est ou sera touché, tôt ou tard. Quant aux champs électromagnétiques basse fréquence (50 HZ), ils provoquent des courants induits dans les conducteurs tels que les nerfs et le sang, et donc également à la longue, des inflammations et maladies graves.

Article en construction. Merci d'y apporter vos suggestions et témoignage via info@teslabel.be

La Suisse : Télécommunications : S'adapter ou se déconnecter

Le titre et le contenu de cet article créent des nausées : on ne parle que du fric et tant pis pour la santé publique. "Un réseau de téléphonie mobile moderne est un facteur important pour l’économie, il ne faut donc pas que la Suisse soit à la traîne par rapport aux autres pays... La prudence suisse s’explique par le principe de précaution pour la santé publique. Un principe qui ne s’applique plus... Aujourd’hui, on sait que les radiations ne nuisent pas à l’homme. Il est donc temps d’augmenter les limites.  On entend déjà les cris des Jivaro des technologies: 'Les ondes vont nous griller le cerveau' ou 'Les hôpitaux vont déborder de patients au bord de la crise de nerfs'. Ce n’est pas le cas en Europe ou aux Etats-Unis, où un réseau moderne et puissant est déjà mis en place..."

S'adapter ou se déconnecter
par Fabien Feissli, Le Matin, 20 mai 2014

Internet mobile en Suisse a atteint ses limites. La Confédération a du boulot pour rester dans le coup.

Alerte sur la bande passante: les statistiques explosent! Le nombre de données échangées via les terminaux mobiles double chaque année (voir infographie ci-contre). Les smartphones, tablettes et autres ordinateurs se démultiplient. Une croissance extrême qui met à mal les infrastructures de transmission. Pour survivre à cette véritable course à l’armement numérique la Suisse doit s’adapter.

19 mai 2014

Le combat des agriculteurs européens pour la reconnaissance du lien entre pesticides et maladies graves

MISE A JOUR (19 mai 2014):  Ce dossier de Politis.fr n'est disponible qu'aux abonnées :

Cancers des agriculteurs, la fin d’un tabou
par Ingrid Merckx, politis.fr, 15 mai 2014

Ces dix dernières années, les troubles de santé d’une cinquantaine d’agriculteurs ont été reconnus comme maladies professionnelles liées à une exposition à des pesticides, essentiellement des cancers et la maladie de Parkinson.

On aimerait penser que leur mode de vie les protège. Mais les agriculteurs sont les premières victimes des produits toxiques qu’ils utilisent. Ces dix dernières années, les troubles de santé d’une cinquantaine d’entre eux ont été reconnus comme maladies professionnelles liées à une exposition à des pesticides, essentiellement des cancers et la maladie de Parkinson. Ils sont soutenus par des associations de lutte sanitaire contre les pesticides, tandis que le modèle agricole dominant reste celui d’une agriculture intensive avec des objectifs de rendement plutôt que de respect de l’environnement et des populations. Les mutuelles agricoles commencent cependant à prendre la mesure du problème et les pouvoirs publics embraient doucement. Des politiques de réduction de l’usage des pesticides voient le jour, notamment depuis le Grenelle de l’environnement et le lancement du plan Ecophyto en 2008. Certains agriculteurs, tels une quinzaine de vignerons installés sur la côte Vermeille, n’ont pas attendu pour adopter des alternatives aux intrants chimiques (voir notre reportage), tandis qu’un éleveur de brebis à la retraite témoigne ici de son expérience et fait le point sur l’évolution des pratiques. Si les molécules les plus dangereuses utilisées dans les années 1970 ont été retirées du marché, la France reste le premier utilisateur de pesticides en Europe. Les conséquences de ces pratiques agricoles ne touchent pas que les agriculteurs, mais aussi leurs proches, particulièrement les enfants, explique Charles Sultan, professeur en endocrinologie pédiatrique, spécialiste des effets des pesticides sur le corps humain : « Qu’attend-on pour agir ? »

http://www.politis.fr/Cancers-des-agriculteurs-la-fin-d,26979.html


On salue le courage de ces agriculteurs européens qui ont lutté pour que soient reconnues leurs graves maladies causées par les pesticides.  Ces deux exemples sont les premiers dans le domaine du droit et très importants pour mettre en évidence les effets des pesticides sur la santé des agriculteurs.  Suite au jugement du Tribunal Permanent des Peuples des six plus grandes compagnies agrochimiques pour violations des droits humains (voir "Les six plus grandes compagnies agrochimiques jugées coupables ..." ), on espère que toujours plus de personnes auront le courage de poursuivre leurs revendications pour obtenir justice.  Depuis les scandales du Médiator et des implants mammaires du PIP fabriqués en France avec du gel silicone à usage industriel, il faut prendre des mesures plus strictes contre les compagnies  qui trompent le public sur la sécurité de leurs produits parfois nocifs pour la santé.

14 mai 2014

Portable à haute dose : le danger se confirme

Les utilisateurs professionnels vivant en zone urbaine seraient
les plus sujets aux risques de tumeurs cancéreuses / LP / MM
"Pour la présidente de l'association Priartem (Pour une réglementation des implantations d'antennes-relais de téléphonie mobile), cette étude devrait pousser les autorités françaises à lancer une campagne nationale d'information et de prévention. « Combien de preuves faudra-t-il avant qu'on ne lance de réelles mesures de protection de la population, notamment des enfants qui commencent à utiliser un portable dès l'âge de 13 ans ? » fulmine Janine Le Calvez."

Portable à haute dose : le danger se confirme
par Frédéric Mouchon, Le Parisien, 13 mai 2014

Une nouvelle étude française pointe une augmentation du risque de tumeurs cancéreuses chez ceux qui utilisent leur téléphone plus de quinze heures par mois.

À consommer avec modération. Faudra-t-il bientôt apposer sur les téléphones portables cet avertissement à l'attention des accros du mobile ? Une étude réalisée par une équipe de chercheurs français, publiée dans la revue scientifique « Occupational and Environmental Medicine », associe utilisation intensive du téléphone portable et risque accru de contracter une tumeur au cerveau.

13 mai 2014

Dangers des téléphones portables : l'utilisation prolongée augmenterait le risque de cancer

Dangers des téléphones portables: l'utilisation prolongée augmenterait le risque de cancer
Le HuffPost/AFP, 13 mai 2014

SANTE - Les personnes utilisant leur téléphone mobile plus de 15 heures par mois courraient un risque accru de développer certaines tumeurs du cerveau, selon une étude épidémiologique française qui relance le débat sur les dangers des portables.

"La principale conclusion de notre étude menée en France va dans le même sens que des tendances récemment observées au niveau international mais qui demandent à être confirmées, à savoir une élévation du risque de tumeur cérébrale, observée uniquement chez les plus forts utilisateurs" (de téléphones portables), souligne Isabelle Baldi.

Le docteur Baldi est l'un des chercheurs ayant participé à cette étude menée en 2004-2006 et qui vient d'être publiée dans la revue Occupational and Environmental Medecine (qui dépend du groupe British Medical Journal).

30 minutes de téléphone portable par jour augmentent le risque de tumeur

30 minutes de téléphone portable par jour augmentent le risque de tumeur
par Le Nouvel Observateur, 13 mai 2014

Une étude française fait le lien entre usage intensif du téléphone portable pendant plusieurs années et tumeur au cerveau.

Des chercheurs ont établi un lien entre l'utilisation massive pendant plusieurs années du téléphone portable et l'apparition de tumeurs cancéreuses, relève "Le Parisien" mardi 13 mai.

L'étude, réalisée par une équipe française de l'Isped - l'Institut de santé publique, d'épidémiologie et de développement à Bordeaux, a été publiée dans la revue scientifique "Occupational and environmental medicine" après une enquête épidémiologique réalisée dans divers départements français.

12 mai 2014

France: Papillomavirus : Controverse sur le vaccin anti-HPV

Depuis fin 2013, une dizaine de plaintes au pénal ont été déposées par des jeunes filles atteintes de troubles qu’elles attribuent aux injections du vaccin anti-HPV.  D'autres devraient suivre dans les semaines à venir. « Les vaccins anti-HPV n'ont pas prouvé leur efficacité, ils sont chers et ne dispensent pas de faire des frottis. De plus, il y a un doute sur leur innocuité», estime Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France. 

Papillomavirus : controverse sur un vaccin
par Sandrine Cabut et Pascale Santi, lemonde.fr, 14 avril 2014

A quoi servent ces vaccins ?

Deux types de vaccins contre les papillomavirus humains (HPV) sont disponibles en France. Le Gardasil est commercialisé depuis novembre 2006 par le laboratoire franco-américain Sanofi Pasteur MSD (Merck), avec 85 % de part de marché, et le Cervarix, du laboratoire britannique GlaxoSmithKline (GSK), depuis 2007. Les HPV sont des infections fréquentes transmises par contact sexuel qui disparaissent spontanément dans la majorité des cas. Treize types de HPV sont hautement cancérigènes, dont les sous-types HPV 16 et 18 – inclus dans les vaccins –, responsables de deux tiers des cancers du col de l'utérus induits par ces virus. Les HPV sont aussi associés à d'autres cancers (pénis, anus, larynx…). Avec 3 000 nouveaux cas estimés en 2012, et 1 100 décès, le cancer de l'utérus se situe au 11e rang des cancers chez les femmes en France. Il est en revanche beaucoup plus fréquent dans les pays en voie de développement, faute de dépistage par frottis. La vaccination HPV n'est pas obligatoire, mais recommandée chez les filles de 11 à 14 ans, l'âge ayant été abaissé à 11 ans en avril 2013 par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP). Un rattrapage est préconisé pour les jeunes filles de 15 à 19 ans non encore vaccinées. Point essentiel, cette vaccination doit être réalisée avant toute relation sexuelle. Jusqu'ici en trois doses, le schéma vaccinal est en voie de simplification à deux doses, sur la base d'études scientifiques.

11 mai 2014

Initiative Citoyenne Européenne (ICE) sur les Rayonnements Electromagnétiques : Appel aux organisations socials et aux associations de citoyens

Les organisateurs et promoteurs de l’ICE vous demandent le soutien et la signature de votre association en appui au MANIFESTE qui synthétise les revendications de la future ICE.  Notre association en Suisse, l'ARA (Association romande alerte - www.alerte.ch) a signé cet appel et l'a diffusé aux autres ONGs dans la région.)  Voir détails à la fin de ce document.


INITIATIVE CITOYENNE EUROPÉENNE (ICE) SUR LES 

RAYONNEMENTS ÉLECTROMAGNÉTIQUES


Appel aux organisations sociales et aux associations de citoyens 

Depuis le début de 2013, diverses associations citoyennes de différents pays européens (Belgique, Espagne, France, Italie, Portugal, Suède, ...), avec la participation de l’ International EMF Alliance (IEMFA), ont lancé un processus d' élaboration d' une «Initiative Citoyenne Européenne» (ICE), nécessitant, pour être validée, un million de signatures de citoyens européens . Cette ICE s'est fixé pour objectif de créer un débat et d'amener la Commission et le Parlement européen à légiférer de façon efficace en faveur de la santé publique .Face aux risques liés au développement exponentiel des technologies numériques, elle demande notamment la reconnaissance et l'application du principe de précaution et du principe ALARA (aussi bas que raisonnablement possible). Et ce, conformément à la Résolution 1815 2011 de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe sur “le danger potentiel des champs électromagnétiques et leur effet sur l’environnement”.

7 mai 2014

France : Des faucheurs s'attaquent à un champ de maïs OGM

Des militants anti-OGM dans un champ prés de
Roquettes.  (Photo : Pascal Pavani AFP)
Emmenés par José Bové, des faucheurs s'attaquent à un champ de maïs OGM
AFP / liberation.fr, 2 mai 2014

Des militants anti-OGM le 2 mai 2014, dans un champ près de Roquettes. (Photo Pascal Pavani. AFP)

Accompagnés de militants de Greenpeace, ils ont arraché des plants d'un champ de Haute-Garonne pour les remplacer par du maïs bio.

Plusieurs dizaines de faucheurs volontaires emmenés par le député européen José Bové ont arraché vendredi des plants de maïs transgénique dans un champ en Haute-Garonne, en présence de militants de Greenpeace. Les faucheurs avaient identifié une parcelle de 11 hectares située à Saubens, à une quinzaine de kilomètres au sud de Toulouse, récemment plantée selon eux de graines de MON 810, du maïs génétiquement modifié de la firme américaine Monsanto.

4 mai 2014

Les méfaits des ondes radio reconnus par la NASA en 1981

Pour se protéger des ondes, certains électrohypersensibles
se réfugient dans des grottes, comme ici en France.
"Les dangers sanitaires liés à l’utilisation du sans-fil-à-tout-prix et en toute occasion sont connus depuis des décennies par les scientifiques, mais parfaitement bien occultés et cachés par nos autorités et les industries auxquelles cette ignorance des consommateurs profite aux entreprises par milliers de milliards de dollars à l’échelle planétaire!"

Les méfaits des ondes radio reconnus par la NASA en 1981
par Sosthène Berger (www.gigasmog.ch), 
Maison du 21e siècle, 24 avril 2014

Dès 1981, l’essentiel des dangers liés à l’exposition des organismes humains aux radiofréquences micro-ondes étaient connus et recensés explicitement par l’agence spatiale américaine (NASA), dans son rapport Electromagnetic Field Interactions with the Human Body : Observed Effects and Theories (Interactions des Fréquences électromagnétiques avec le corps humain : Effets observés et théories). Ceci y compris les symptômes de l’électrohypersensibilité (EHS) qui ne sont toujours pas connus par l’essentiel des médecins, ni reconnus par nos autorités, 33 ans plus tard!

3 mai 2014

France: L'association nationale "Une Terre Pour Les Electrohypersensibles (EHS)"

France : L'association nationale "Une Terre Pour Les E.H.S"

Qui sommes-nous?

L'association "Une Terre Pour Les E.H.S" est née en mars 2011 suite à l'occupation en 2010 de la forêt de Saoû.

Durant 4 mois, de juin à octobre, une centaine de personnes électrohypersensibles se sont relayées pour occuper cette zone blanche appartenant au Conseil Général de la Drôme.

Nous voulions par cette occupation, obliger l'Etat à créer des zones blanches et par là même, à reconnaître l'électrohypersensibilité. Nous en avons été expulsés sans-violence par les forces de l'ordre suite à une décision du Tribunal de Grande Instance de Valence. Le juge a reconnu l'illégalité de notre action mais aussi sa légitimité. De ce fait, nous n'avons été condamnés à aucune amende.

Les revendications de l'association :

- Création de "Zones Blanches"
- Reconnaissance de l'E.H.S
- La baisse des niveaux d'irradiations artificiels et l'interdiction de certaines technologies (Wifi, Dect...) pour l'ensemble de la population.

Les "zones blanches" doivent être un combat pour tous les E.H.S. Nous pouvons tous être amenés, un jour ou l'autre, à devoir y vivre même temporairement. En soit, elles ne sont pas un avenir qui fait forcément rêver mais elles sont une nécessité. Tous ceux qui ont du quitter leur lieu de vie le savent. Il n'y a rien de pire que de devoir partir sans savoir où aller.

2 mai 2014

Les malades se disant être électrohypersensibles (EHS) relèvent-ils de la psychiatrie ?

Devant les attentes d’un nombre croissant de personnes se disant être atteintes d’EHS et/ou de MCS, et les interrogations de médecins, l’ARTAC (Association pour la recherche thérapeutique anti-cancéreuse) a créé un site internet dédié à ces syndromes - www.ehs-mcs.org . Ce site a pour vocation d’informer les malades sur des moyens de prévention de protection et sur une consultation spécialisée, mais également d’aider les médecins s’interrogeant sur ces nouvelles pathologies à comprendre les mécanismes physiopathologiques mis à jour par l’ARTAC et à faire le bon diagnostic grâce aux outils adéquats. Il est prévu qu’une version en anglais de cet outil sera créée.


Les malades se disant être EHS relèvent-ils de la psychiatrie ?
www.ehs-mcs.org

Les malades se disant être EHS sont atteints d’une nouvelle pathologie encore inconnue de la plupart des médecins praticiens. Ils sont donc le plus souvent incorrectement examinés ou ce qui est plus grave, examinés avec l’arrière-pensée médicale que les CEM ne peuvent pas être mis en cause. Ce qui conduit à affirmer à tort que « les malades inventent ou simulent leur maladie ».

En outre, le fait que les symptômes physiques soient rarement décelables à l’examen clinique et que les examens d’imagerie cérébrale classique (scanner, IRM, échographie carotidienne) soient le plus souvent normaux, alors que les symptômes cliniques fonctionnels sont au premier plan, qu’ils soient neurologiques proprement dit ou psychopathologiques (troubles cognitifs, dépression, émotivité, troubles du comportement) peut égarer en mettant sur la voie d’une affection psychiatrique. Un tel diagnostic ne résiste cependant pas à une analyse clinique sérieuse. Celui-ci devient en effet évident lorsque les malades sont longuement interrogés et examinés avant que l’affection évolue vers l’apparition de lésions anatomiques irréversibles, c'est-à-dire au cours de la phase d’état ou de la phase évolutive.

Genève : Les "vigies" de l'OMS continuent le combat

Pas la photo de cet article, mais celle-ci témoigne de l'engagement de ces
personnes qui soutiennent la vigie devant l'OMS par tous les temps.
Les « vigies » de l’OMS continuent le combat
par Alain Jourdan, Tribune de Genève, 28 avril 2014

Depuis 2007, les antinucléaires font le pied de grue devant l’Organisation mondiale de la santé pour dénoncer ses manquements

Depuis sept ans, des femmes et des hommes se relaient chaque jour pour tenir un piquet d’information devant les bureaux de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Ce sont les vigies d’Hippocrate du collectif international IndependentWHO - Santé et Nucléaire, qui dénoncent «les mensonges de l’OMS au sujet de la situation sanitaire des populations affectées par la pollution radioactive de Tchernobyl».

Ils font désormais partie du décor. Qu’il neige, qu’il pleuve ou qu’il vente, ils étirent leurs banderoles, à l’image de Denis Simonnet. Ce marin-pêcheur de Noirmoutier est l’un des piliers du groupe de quatre cents personnes qui viennent à tour de rôle tenir le stand dressé en face de l’entrée de l’Organisation mondiale de la santé. Plutôt que de mener une action d’éclat IndependentWHO est un mouvement citoyen initié par un collectif d’associations qui a engagé, depuis le 26 avril 2007, jour anniversaire de l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, une action sous la forme d’une manifestation permanente, silencieuse, devant le siège de l’OMS. comme le font les militants de Greenpeace, les vigies jouent l’usure et la durée. Ils sont là, et pour longtemps.